Annonce

Le forum du Club des Saumoniers comporte trois parties :
- une partie publique accessible à tous les visiteurs, enregistrés ou non;
- une partie privée 'inscrits' accessible aux participants enregistrés et aux membres du Club;
- une partie privée 'membres' accessible aux membres du Club exclusivement.

Modérateurs :GM14 , denis , michbzh , Medram

Contact : Webmestre

#1 16-01-2019 11:17:25

CLOD37
Adhérent
Inscription : 25-01-2010
Messages : 197

Plan de gestion des poissons migrateurs

Une nouvelle consultation publique est mise en place pour la gestion des poissons migrateurs. Il y a des choses intéressantes (pêche en mer, en estuaire, ainsi qu'en rivières) et des propositions pour la mise en place d'outils de gestion comme l'estimation des stocks aux différents stades (adultes/smolts) liste des obstacles à la migration, renforcement de la lutte contre le braconnage....
Cette consultation est publique alors puisse qu'on nous demande notre avis j'espère que vous n'allez pas vous priver de répondre !
Si le lien ne marche pas, allez consulter le site logrami

http://www.consultations-publiques.deve … r/spip.php ?page=article&id_article=1914

Dernière modification par CLOD37 (16-01-2019 11:33:55)

Hors ligne

#2 16-01-2019 15:49:56

raphaël
Adhérent
Lieu : Berry-Nivernais
Inscription : 12-11-2007
Messages : 1 207

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Quelques pistes à aborder à la lumière des connaissances apportées depuis le début des années 2000:
- modélisation cohérente et probabiliste pour l'attribution des TACs en Bretagne (TAC souvent supérieurs à la population totale, y'a un truc qui cloche);
- modélisation cohérente et probabiliste des populations de l'Adour et demande d'application d'un TAC (R.436-45);
- arrĂŞt des repeuplements sur l'axe l'Allier;
- renforcement des mesures liées au rétablissement de la continuité.

Ceux qui autont le temps pourront faire des commentaires point par point au document de l'OCSAN joint Ă  la consultation.

a+

R


Qu'est ce que la civilisation? Une fin en soi, ou un stade avancé de la barbarie? H. Melville

Hors ligne

#3 28-01-2019 16:54:21

salmo69
Inscrit
Lieu : LYON
Inscription : 23-10-2006
Messages : 183

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Salut Ă  tous,
bon, même si je sais que ça ne sert strictement à rien, mais vu que j'ai désormais pas mal de temps à occuper, permettez-moi de reprendre pour un temps limité mon costume de Don Quichotte.
J'ai donc lu le fameux plan de gestion du saumon atlantique et en gros je n'y ai vu que ce que je constate depuis 45 ans, à savoir des pauvres évidences et des demi-mesurettes ultra-timides qui ne peuvent en aucun cas représenter des solutions pertinentes à la problématique de Salmo Salar et de tous les migrateurs à nageoires, en tout cas en France.
Vous trouverez ci-après mes remarques (inutiles) apportées à cette consultation publique:

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le document « Projet de plan de gestion du saumon atlantique » soumis Ă  consultation publique ne tient pas compte de  la situation rĂ©elle et dramatique de ce salmonidĂ© menacĂ© d’extinction en France et ne prĂ©voit en aucun cas de prendre les mesures contraignantes et urgentes qui permettraient d’atteindre ses objectifs.

C’est donc avant tout un PLAN D’URGENCE qu’il faut mettre en Ĺ“uvre en prenant et en appliquant  les mesures indispensables Ă  la totale protection du saumon, en tout cas jusqu’à ce que les stocks se soient  reconstituĂ©s de manière satisfaisante et pĂ©renne.

Propositions pour un plan d’urgence ( liste non exhaustive):


La gestion de la pĂŞche:

- Toutes les pêches professionnelles du saumon aux filets en estuaire (en particulier sur l'Adour), doivent être immédiatement arrêtées, en prenant évidemment des mesures sociales adaptées à la situation des pêcheurs concernés et de leur famille.

- Toutes les pêches professionnelles du saumon en mer aux filets dans les zones côtières doivent être immédiatement arrêtées, d’autant plus que celles-ci exercent forcément des prélèvements sur les stocks mixtes et apparemment en toute illégalité (ex : pêcheurs de Bayonne et de Cap Breton le long de la côte Aquitaine).

- Toutes les pĂŞches d'amateurs aux filets pratiquĂ©es en mer et en bateau par les plaisanciers qui ont encore l’autorisation aberrante d’utiliser des filets de 50m (exemple:  autour de la barre de l’Adour) doivent ĂŞtre immĂ©diatement et dĂ©finitivement arrĂŞtĂ©es, celles-ci ne pouvant trouver aucune justification Ă©conomique ou rĂ©crĂ©ative.

- Mise en place d'une surveillance constante et véritablement adaptée aux infractions constatées, associée à des poursuites pénales et à des peines dissuasives.

- Interdiction totale de commercialisation du saumon sauvage.

- Seule la pêche amateur du saumon à la ligne, génératrice de plus-values économiques pour les régions peut continuer à être pratiquée aux conditions suivantes:

---> Pêche avec graciation obligatoire (no-kill) de tous les saumons capturés.

---> Mode de pêche le plus respectueux possible du poisson, permettant de le relâcher dans les meilleures conditions et avec les plus grandes chances de survie: uniquement pêche à la mouche et leurres artificiels avec hameçons simples.

---> Surveillance accrue des parcours, contrĂ´le des pĂŞcheurs, peines dissuasives.

La protection et la restauration de l'habitat:

Il y a lieu de différencier les deux types d'agressions à l'habitat du saumon atlantique: pollutions chimiques et pollutions mécaniques.

Les pollutions chimiques sont surtout le fait de pratiques agricoles terriblement destructrices par l'utilisation massive de pesticides qui contaminent des bassins entiers et sont la principale cause de la détérioration drastique de la qualité de l’eau et des habitats. Il convient d'y rajouter les pratiques d'élevage intensif (notamment de porcs), qui sont la première cause de la saturation en nitrates de nos rivières et de notre littoral. Ceci est vrai sur tous les bassins mais c’est en Bretagne que la situation est le plus dramatique.

Il convient donc d’interdire immédiatement l’utilisation de tout pesticide et de favoriser des pratiques agricoles « douces », non polluantes. L'agriculture biologique a désormais prouvé qu'elle pouvait être tout aussi "rentable" et c'est bien vers elle qu'il faut se diriger désormais. De même, les élevages porcins doivent être limités et les normes environnementales doivent être scrupuleusement respectées afin d'enrayer la prolifération des nitrates. C’est l’Etat qui doit être l’acteur principal et le décideur de ces évolutions.

Les pollutions « mécaniques » sont toutes les constructions humaines qui représentent une menace physique pour la continuité écologique et la biodiversité, en particulier sur les espèces migratrices.

Il s’agit bien sûr des grands barrages dont la construction au cours du 20ème siècle a éradiqué le saumon de la plupart des bassins (Rhin, Seine, Dordogne, Loire supérieure… etc.). Certains de ces ouvrages ont été équipés de « passes à poissons » souvent mal conçues ou mal entretenues et qui restent des obstacles majeurs pour tous les migrateurs. Sur d’autres, il n’existe aucune passe.

Certains autres barrages doivent être purement et simplement effacés si l’on veut éviter l’extinction inéluctable du saumon. C’est le cas du barrage de Poutès sur l’Allier dont le dernier projet de modification (dit « Nouveau Poutès ») n’offre en aucun cas les garanties suffisantes pour permettre aux saumons d’accéder aux zones de frayères ancestrales du Haut Allier. Seule la suppression de ce barrage autoriserait les migrateurs à réinvestir leur biotope originel, permettant ainsi de sauver une souche emblématique et unique, capable de remonter plus de 800 km de rivière. Actuellement ce barrage et sa centrale ne fournissent qu’une production électrique minime et facilement remplaçable, par exemple par des éoliennes qui pourraient être implantées sur les plateaux venteux surplombant les gorges de l’Allier. Au regard des enjeux sur la biodiversité, et sachant qu’il ne reste sur l’Allier qu’une population résiduelle de 500 à 700 saumons selon les années, il n’y a pas d’alternative à l’arasement de cet ouvrage.

Mais un nombre important d’ouvrages plus modestes (souvent privés) conçus pour la production d’électricité (micro-centrales) ou pour l’agriculture (irrigation) constituent également des éléments catastrophiques à la migration des poissons, d’abord parce que leur franchissement est souvent impossible pour les migrateurs, ensuite parce qu’ils contribuent à l’élévation de la température de l’eau. Tout nouveau projet d’implantation de micro-centrale sur des rivières à migrateurs doit impérativement être rejeté.

De même certains ouvrages totalement inutiles ou obsolètes doivent être démantelés ou restés ouverts sans délai afin de permettre aux cours d’eau concernés de retrouver leur lit d’origine et aux saumons, aloses, truites de mer, anguilles et lamproies de reconquérir leur biotope. Exemple : les écluses de l’Aulne et du Blavet en Bretagne sont toujours en fonctionnement et interdisent aux migrateurs d’accéder aux zones de frayères alors que la navigation (qui justifiait la construction de ces écluses) est devenue quasi inexistante sur ces fleuves côtiers. Les prétextes patrimoniaux avancés par certains pour conserver ces écluses napoléoniennes en fonctionnement ne peuvent en aucun cas résister aux impératifs écologiques issus de dizaines de milliers d’années d’évolution.


Autres impératifs :

- assurer un débit suffisant des cours d'eau en protégeant les têtes de bassins versants et toutes les zones humides.
- restaurer et améliorer la qualité des zones de frayères en luttant contre l'érosion des sols et le colmatage de ces zones par les sédiments, ces mesures pouvant profiter au saumon mais aussi aux autres migrateurs.

- interdire les pompages agricoles dans le lit des rivières en période d’étiage.

- respecter des débits réservés suffisants pour la montaison en aval des barrages et assurer des conditions de dévalaison efficaces pour les smolts.

- reconsidérer point par point tous les obstacles à la continuité écologique de toutes les rivières et fleuves à migrateurs encore viables et prendre les mesures adaptées à l’amélioration de leur franchissement.

- ne pas hésiter à prendre exemple sur les pays de l’Atlantique nord qui ont su mettre en place des politiques efficaces et non démagogues pour redresser la situation.

- … etc, etc.


Jean

Hors ligne

#4 28-01-2019 17:22:01

CLOD37
Adhérent
Inscription : 25-01-2010
Messages : 197

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Merci Ă  vous

Dernière modification par CLOD37 (28-01-2019 17:31:04)

Hors ligne

#5 28-01-2019 18:31:27

Speycaster68
Adhérent
Inscription : 01-03-2011
Messages : 118

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Merci et bravo pour cette jolie synthèse!

Tout est dit...malheureusement!

Cordialement

Manu


"La terre est suffisamment grande pour contenter les besoins de tous mais sera toujours trop petite pour satisfaire la cupidité de quelques uns."

Gandhi

Hors ligne

#6 28-01-2019 19:58:44

raphaël
Adhérent
Lieu : Berry-Nivernais
Inscription : 12-11-2007
Messages : 1 207

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Vous pouvez aussi aller lire la déposition d'ANPER TOS sur le site de l'association:
http://anper-tos.fr/wp-content/uploads/ … 9-2024.pdf

Synthèse juridique et technique des problèmes abordés dans la cadre du plan saumon.

a+

R


Qu'est ce que la civilisation? Une fin en soi, ou un stade avancé de la barbarie? H. Melville

Hors ligne

#7 28-01-2019 20:06:41

germain philippe
Inscrit
Inscription : 29-09-2017
Messages : 259

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Bonsoir

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Nicolas Boileau (1636-1711)

Des plaintes classées sans suite par les procureurs, (quoi de plus normal) !

Des décisions contraires à l'enquête publique (à quoi sert la consultation de la population)?

Vers une Fin des enquêtes publiques https://mobile.francetvinfo.fr/politiqu … Wb7zmnS3t9

la démocratie participative vous êtes consultés, la technostructure sous l'influence politico lobbyiste décide !


cdlt

Dernière modification par germain philippe (28-01-2019 20:40:01)

Hors ligne

#8 29-01-2019 11:13:49

salmo69
Inscrit
Lieu : LYON
Inscription : 23-10-2006
Messages : 183

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Salut Philippe,
décidément, que ce soit dans le domaine public ou sur les forums privés, l'accès à l'information pour tous et les possibilités d'expression citoyenne deviennent de plus en plus limités...
Heureusement que le "Grand DĂ©bat" va nous sauver wink


Jean

Hors ligne

#9 30-01-2019 08:15:28

phatagorva
Inscrit
Inscription : 16-01-2007
Messages : 235

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

"Adour, Nive :
- l’absence de TAC est contraire au Code de l’Environnement (R.436-45) et le PLAGEPOMI est illégal ; il est impératif que ces TAC soient déterminés selon les modes de calculs probabilistes en vigueur. Il est aberrant d’y prélever 1000 à 1400 poissons sur un stock total qui n’est connu qu’a posteriori (comptages en fin de campagne !) et qui oscille entre 4000 et 8000 poissons soit entre 5 et 10% du stock historique, a minima. Un taux d’exploitation pouvant atteindre près de 30% sur une population aussi faible est aberrant."

Il va falloir donc faire un Tac pour la Nive, avec en aval de pêcheurs estuariens et côtiers, un Tac pour le Gave d'Oloron et Saison avec en aval des pêcheurs fluviaux, estuariens et côtiers, la même chose pour le gave de Pau, Il me tarde de voir de quelle manière cela va se faire, avec des calculs probabilistiques dont la marge d'erreur est aussi élevée que la variable elle même!

Hors ligne

#10 30-01-2019 09:11:39

raphaël
Adhérent
Lieu : Berry-Nivernais
Inscription : 12-11-2007
Messages : 1 207

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

phatagorva a Ă©crit :

Il va falloir donc faire un Tac pour la Nive, avec en aval de pĂŞcheurs estuariens et cĂ´tiers, un Tac pour le Gave d'Oloron et Saison avec en aval des pĂŞcheurs fluviaux, estuariens et cĂ´tiers, la mĂŞme chose pour le gave de Pau

Exactement. Rien de choquant, c'est la base même de la gestion d'un stock selon le CIEM (ICES pour les anglophones). Y'a bien un TAC pour chaque rivière bretonne, non? (même si c'est n'importe quoi)

phatagorva a Ă©crit :

Il me tarde de voir de quelle manière cela va se faire,

Moi aussi  devil Faudra que les membres du Cogepomi se mettent d'accord pour se le rĂ©partir lol ... En Irlande, ce sont les scientifiques de l'IFI qui le font, qui soumettent leurs propositions de gestion au ministre en charge qui les approuve. LĂ , Ă©videmment, si on laisse les parties prenantes s'Ă©charper, ça risque d'ĂŞtre un beau merdier. A moins que d'un coup les gens deviennent responsables.

phatagorva a Ă©crit :

avec des calculs probabilistiques dont la marge d'erreur est aussi élevée que la variable elle même!

Arf... Puisque sauf erreur t'es prof de maths, tu devrais quand même jeter un coup d'oeil à la façon de collecter les données et de calculer ledit TAC avant de t'exprimer, parce que t'es quand même à côté de la plaque. Ce qui compte en l'espèce c'est d'abord ce qu'on rentre dans le modèle, et dans quel modèle. Sachant que de toute façon en France il n'y a aucune rivière pour laquelle ce calcul est fait, je dis bien AUCUNE. Au mieux on a une estimation déterministe du TAC qui aboutit dans certains cas à des aberrations (TAC supérieur aux populations en Bretagne); ce pourquoi nous le remettons en cause. Sachant aussi que ces méthodes de calcul existent sur la base des recommandations du CIEM et sont utilisées ailleurs.
Mais bon, c'est normal d'avoir peur de ne plus pouvoir pêcher. Et la peur ne rend pas rationnel, ce qui pousse à jeter le discrédit sur ce qui la fait naître plutôt que de se remettre fondamentalement en cause.
C'est moins normal de plus se soucier de ça que de l'état réel de la ressource.

a+

R


Qu'est ce que la civilisation? Une fin en soi, ou un stade avancé de la barbarie? H. Melville

Hors ligne

#11 30-01-2019 09:37:21

phatagorva
Inscrit
Inscription : 16-01-2007
Messages : 235

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Je te parle de ce que je connais, c est à dire de ce qui avait été fait précédemment. Quand à la répartition d’un Tac, qui va assurer le respect de celui ci en mer, en estuaire en partie fluviale, en rivière( il n’y a quasiment plus de police de l’eau!)? C’est juste en l’état actuel utopique à mon avis

Hors ligne

#12 30-01-2019 11:00:12

phatagorva
Inscrit
Inscription : 16-01-2007
Messages : 235

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

Dans l’article prĂ©citĂ© R436-45,  je n’y vois aucune obligation d’un quota ou autre Tac.
« 1° Les mesures utiles à la reproduction, au développement, à la conservation et à la circulation de ces poissons, sous réserve des dispositions prévues par l'article L. 432-6 ;
2° Les modalités d'estimation des stocks et d'estimation de la quantité qui peut être pêchée chaque année ;
3° Les plans d'alevinage et les programmes de soutien des effectifs ;
4° Les conditions dans lesquelles sont fixées les périodes d'ouverture de la pêche ;
5° Les modalités de la limitation éventuelle des pêches, qui peuvent être adaptées en fonction des caractéristiques propres à la pêche professionnelle et à la pêche de loisir ; »

Hors ligne

#13 30-01-2019 13:35:30

raphaël
Adhérent
Lieu : Berry-Nivernais
Inscription : 12-11-2007
Messages : 1 207

Re : Plan de gestion des poissons migrateurs

phatagorva a Ă©crit :

Dans l’article prĂ©citĂ© R436-45,  je n’y vois aucune obligation d’un quota ou autre Tac.
(...)
2° Les modalités d'estimation des stocks et d'estimation de la quantité qui peut être pêchée chaque année ;

'tit rendez vous à prévoir chez l'opticien, non? big_smile big_smile

Ensuite il ne faut pas prétexter de l'absence de moyens pour ne rien faire. C'est d'ailleurs curieux parce que c'est précisémment ce que beaucoup de béarnais souhaitent voir enfin appliquer, c'est à dire un contrôle des captures et de l'effort de pêche en zone maritime. Ce qui est emmerdant c'est que effectivement si on doit appliquer un règlement aux autres, on doit se l'appliquer à soi même... Notes toutefois que si la pêche devait fermer pour des raisons biologiques établies, tu aurais quand même quelques chances de pouvoir continuer en NK, alors que les fileyeurs l'auront dans l'os. In fine, si il enfin est construit un vrai outil de gestion il faudra que les gens se mettent d'accord, à tout le moins qu'il y ait un arbitrage.
Que ce soit utopique, peut-ĂŞtre, que ce soit obligatoire c'est sĂ»r. Et puis si on ne fait rien, on continue comme maintenant? Pourtant la situation  n'est pas si satisfaisante non? Et si l'Etat ne fait rien alors qu'il existe un cadre, on peut l'attaquer... Ca peut foirer (cf. port de Bayonne) mais ce qui est sĂ»r c'est que si on reste les couilles Ă  la main, il ne se passe rien...

Pour le reste tes doutes sont entièrement légitimes et je te fais remarquer que si tu lis (correctement) la totalité de notre document nous soulevons les mêmes interrogations. L'objectif est de renouveler l'outil qui est inadapté et de mettre l'Etat au pied du mur pour que l'esnemble des données et problèmes soient traités pour assurer le niveau de protection adéquat.
Tu jetteras notamment un oeil à nos réponses au 1.7, au 2.1 wink , 2.6, 3.1.

a+

R

Dernière modification par raphaël (30-01-2019 13:40:30)


Qu'est ce que la civilisation? Une fin en soi, ou un stade avancé de la barbarie? H. Melville

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.10